Merci à eux ... :













Année 2011 résidence

Stéphanie Cailleau et Chantal Fochesato

Stéphanie Cailleau et Chantal Fochesato

L’association intercommunale Campagn’ART accueille depuis le 20 Août et pour la cinquième année, deux artistes en résidence à Saint-Martin. Cette résidence a pour but de mettre le public en contact avec la création contemporaine et d’offrir à de jeunes artistes un espace propice à la réalisation de leurs œuvres. Les deux jeunes femmes ont choisi le textile pour support de leur démarche artistique.

Stéphanie Cailleauhabite la Drôme, mais c’est en Inde, à Ahmedabad, qu’elle a effectué une formation de 5 mois en création textile et céramique. Diplômée de l’Ecole nationale des arts décoratifs de Paris section design vêtements (mention bien), elle se définit comme « feutreuse tout terrain ».

Une modification temporaire de l’hébergement (le gîte attribué ne se libérant que quelques jours plus tard) nos deux artistes ont été « prises en charge » dans un gîte voisin par un couple de St Martinois. Leurs connaissance du terrain, de la population locale, des anecdotes ont alimenté la conversation au point que Stéphanie a totalement modifié son projet de départ (Elle prévoyait d’habiller avec humour des corps ou des éléments du paysage, faisant surgir des incongruités dans le paysage, dénonçant à sa façon les méfaits de l’ère productiviste et de ses dégâts collatéraux.) En fait, enthousiasmée par cette moisson d’histoires locales, inspirée par le travail d’aiguille de Chantal Fochesato, Stéphanie a modifié son projet. Elle a utilisé le matériau rural qu’est « la ficelle bleue » et s’est transportée sur plusieurs lieux de notre intercommunalité, brodant la nuit avec humour, des phrases en rapport avec le lieu choisi. Ces tags ruraux ont été le fruit d’une recherche graphique et sémantique consignée dans un cahier dans lequel devrait puiser l’imagination de Stéphanie pour des réalisations ultérieures.

Chantal Fochesato vient du Nord. Elle obtient le diplôme national supérieur d’expressions plastiques puis, en 2009, suit une formation d’infographiste. Elle a participé à de nombreuses expositions en Belgique (centre culturel de Liège), dans la région Nord-Pas de Calais, notamment à la Foire internationale d’art contemporain. Aujourd’hui, elle brode à petits points des dessins inachevés et laisse au public le soin de déposer sur l’œuvre une pensée, un mot, un espoir, un souvenir. Elle se dit « la gardienne de ces bouts de mémoire que l’on désire occulter », elle les brode et « les emprisonne au cœur du papier ».

Chantal a puisé dans les histoires et les objets trouvés sur son passage matière à raconter, par écrit ou à l’aiguille, des histoires folles de souris et de poupées orphelines brodées sur papier de soie. Proposant aux volontaires (et il y en a eu une bonne trentaine) des figurines brodées sur cartes (format cartes postales), elle attendait que chacun des participants abandonne un geste, brodant une histoire, un vêtement, un habillage plus ou moins fantasque. Ces travaux ont rassemblé tout au long de la résidence des personnes de tous âges, tissant par là même une conversation, un lien amical et complice. L’email qu’elle nous a adressé de retour dans son département témoigne de sa satisfaction quant au déroulement de la résidence.

Ces deux artistes disent avoir trouvé d’excellentes conditions de travail et d’accueil. En retour, notre population se dit satisfaite d’avoir croisé ces deux jeunes femmes à l’imagination débordante, enthousiastes, chaleureuses, attentives à notre mode de vie, à notre histoire, en recherche permanente d’expressions nouvelles.

Cette année encore, la résidence a contribué à enhardir le milieu rural face aux expressions contemporaines. Elle a aiguisé les curiosités, suscité des questions et conforté notre envie de reconduire cette manifestation en 2012.

 

Share